Espace Presse

Meuse : savons au lait d'anesse

L'EST REPUBLICAIN du 14/11/2010 (lien vers l'article)

A Saint Germain sur Meuse, Laurence Giacomazzi est devenue savonnière.

Par amour pour ses ânes, Laurence Giacomazzi est devenue savonnière. Une activité artisanale qui l’occupe une bonne partie de la journée, au point de devoir réduire à mi-temps son autre emploi de salariée dans une entreprise de machinisme agricole. Installée depuis cinq ans au Moulin de Chantraine, situé à l’entrée du village de Saint Germain sur Meuse, Laurence et son mari, garde forestier, ont décidé de redonner une âme à ce lieu de quiétude champêtre dont la bâtisse fut édifiée au milieu du XIX e siècle. Trois lamas, curieux mais craintifs, vous accueillent à l’entrée du domaine. Une basse-cour, Conchita la vieille jument, des chats, des chiens, deux perroquets, un paon... le moulin a vite adopté, au fil des ans, des allures de paisible ménagerie. Dans un parc attenant batifolent une dizaine d’ânesses. Masquotte, Craquotte, Fanny, Lisa et leurs congénères coulent ici des jours heureux. Et lorsque cet été, Aristoloche et Actavis, deux adorables ânons, sont venus agrandir le cheptel, le cœur de Laurence n’y résista pas. « Je me suis dit que, si je continuais à partir travailler toute la semaine à l’extérieur, je ne les verrais pas grandir. J’ai donc décidé d’avoir une activité à la maison et eu l’idée d’utiliser le lait des ânesses pour fabriquer des savons ». Après s’être documentée sur internet, elle investit 15.000 € dans l’acquisition d’une extrudeuse et achète les matières premières : sacs de copeaux d’huile de palme et coco BIO en provenance d'Europe « issue uniquement de plantations pour ne pas contribuer à la déforestation », huiles végétales exclusivement bio - argan, jojoba, avocat, millepertuis… Selon l’inspiration du jour, les pains de savon changent de couleur et de parfum à l’envi. Les effluves de carotte, mirabelle, cannelle, anis vert, miel maison parfument subtilement les pains de savon, le lait d’ânesse lui apportant une douceur incomparable. La production est pour l’instant confidentielle. « La traite des deux ânesses permet de recueillir environ un demi-litre par jour. Mais c’est parfois du sport. Elles n’ont une montée de lait qu’en présence de leur petit ». Le précieux nectar est mélangé à 13 % avec la pâte huileuse (40 % en produit de puériculture) pour fabriquer une soixantaine de savonnettes par jour. Pour obtenir l’autorisation de commercialisation, l’activité de Laurence est placée sous contrôle pharmaceutique, les échantillons étant régulièrement analysés en laboratoire. Un gage de garantie pour ces produits d’hygiène aux vertus apaisantes.

Gérard BONNEAU

Mes certifications biologiques

Voir le certificat des prairies bio

Voir le certificat du miel bio

Voir le certificat du lait d'anesse bio